Vers le haut
02 33 05 68 76

Coût d’un appel local

Manque de médecins dans la Manche : la situation s’aggrave

thematiques 28 août 2016
Manque de médecins dans la Manche : la situation s’aggrave

4 ans après un premier état des lieux sur l’offre de santé dans notre département (conférence de presse du 15 octobre 2012), l’UFC – Que Choisir de la Manche présente aujourd’hui les résultats d’une étude exclusive qui montre l’aggravation des déserts médicaux et la progression des dépassements d’honoraires sur notre territoire. Les résultats commune par commune sont consultables gratuitement sur le site www.quechoisir.org.

Pour saisir la réalité vécue par les usagers du système de santé de notre territoire, l’accès aux soins doit être abordé conjointement dans ses deux dimensions : géographique et financière. C’est pourquoi cette étude porte sur l’offre exhaustive de médecins de ville de quatre spécialités (généralistes, ophtalmologistes, gynécologues et pédiatres), sur tout le département, en tenant compte de leur niveau de tarif le plus fréquent. Mais la situation n’est pas mieux en ce qui concerne les autres spécialités ou d’autres catégories de professionnels comme les dentistes, et qui peuvent s’ajouter à des manque d’équipements (par exemple, dans la MANCHE, aucune possibilité de coronarographie pour infarctus), des fermeture de services, notamment des services d’urgences.

Déserts médicaux: la situation continue à se dégrader de manière générale, surtout pour les ophtalmologues, les gynécologues et les généralistes. Dans notre département, l’accès aux médecins libéraux devient de plus en plus compliqué. Ainsi, depuis 2012, 48 % soit près d’un habitant sur deux ont vu leur accès géographique aux médecins généralistes reculer. Et cet élargissement des déserts médicaux concerne davantage encore les spécialistes :70 % de la population du département ont vu se réduire leur accès aux ophtalmologues et aux gynécologues, 48% pour les généralistes. Faut il le rappeler, la loi du 13 août 2004 stipule bien que: « l’Etat, qui définit les objectifs de la politique de santé publique, garantit l’accès effectif des assurés aux soins sur l’ensemble du territoire ». Toutes les mesures prises jusqu’ici pour enrayer de désertification de la M%anche au niveau des médecins trouvent leurs limites quelles que soient les efforts fournis. L’actualité récente avec le départ inattendu au bout de quelques semaines du médecin de Sainteny montre bien que les solutions ne se trouvent pas au niveau des incitations à s’installer, la fracture sanitaire se creuse encore davantage tous les jours, là où les besoins sont les plus forts

Conséquence de cette évolution, en 2016, c’est 7 % de la population qui vit dans un désert médical pour l’accès aux généralistes, et jusqu’à 61 % pour les pédiatres. Dans ce contexte, ,la question des dépassements d’honoraires apparait comme une double peine, l’impossibilité de véritablement choisir son médecin.

Dépassements d’honoraires : un frein supplémentaire à l’accès aux médecins spécialistes

Quand on trouve un médecin, encore faut-il avoir les moyens de le consulter. C’est là que la problématique des dépassements d’honoraires prend toute son importance, notamment pour les usagers pas ou peu couverts par leur complémentaire santé, pour qui l’offre médicale disponible se réduit fortement.Si les médecins généralistes pratiquent peu dépassements d’honoraires, ils sont en cours de généralisation chez les spécialistes. Ainsi, si l’on considère l’accès aux ophtalmologistes, ce sont 92  % des habitants de la Manche qui peinent à trouver un médecin au tarif de la sécurité sociale (contre 43 % pour le seul aspect géographique).

Une carte interactive gratuite pour connaître les résultats de votre commune

Décidée à alerter les usagers et les pouvoirs publics sur la dégradation inacceptable de l’accès aux soins dans notre territoire, l’UFC – Que Choisir met à disposition gratuitement sur son site internet www.quechoisir.org la carte interactive de la fracture sanitaire, pour que chacun puisse vérifier l’accès aux soins de sa commune, pour tout le département, selon le tarif maximal toléré.

Au vu de ces éléments, l’UFC – Que Choisir appelle les pouvoirs publics à tirer les leçons des échecs passés, et à mettre (enfin !) en œuvre une politique ambitieuse pour garantir l’accès de tous à des soins de qualité. C’est pourquoi l’UFC – Que Choisir de de la Manche demande aux parlementaires du département d’intervenir pour mettre en place :

  • La fermeture de l’accès au secteur 2 : les effets délétères du secteur 2 (dépassements d’honoraires libres) ne sont plus à prouver. Le Contrat d’accès aux soins (dépassements encadrés) ne pourra produire ses effets que s’il cesse d’être facultatif, pour devenir le substitut du secteur 2 dont l’accès doit être fermé.
  • Un conventionnement sélectif des médecins : toute nouvelle installation dans un territoire où l’offre est surabondante ne doit pouvoir se faire qu’en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires), ce qui permettra une meilleure répartition géographique des médecins
Conférence : alimentation, quels repères ? le 1er avril 2016 →

UFC Que Choisir Manche

UFC Que Choisir Manche

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite